• 36 15 ALEXIA

  • Format 22 X 30 cm
    64 pages couleurs
    ISBN 2-910946-39-8

  • publication : 12 janvier 2004

  • Partager Partager URL doc
    « Pour son deuxième livre en solo, Frédéric Boilet a choisi de vivre lui-même l’aventure qu’il relatait, et d’avancer dans son récit avant d’en connaître le dénouement. 36 15 Alexia commence par une rencontre sur minitel. Elle est mannequin professionnel ; il lui arrache des confidences qui exacerbent son désir, mais qui vont peu à peu se révéler mensongères. Alexia s’offre et se dérobe, elle promet et ne tient pas, elle se laisse filmer mais n’honore pas ses rendez-vous. Elle prendra finalement l’initiative de la rupture, mais, la fiction ayant des droits sur le réel, c’est au dessinateur qu’il appartient de doter l’album d’un fin qui l’agrée.
    Moderne dans son propos comme dans sa forme, 36 15 Alexia fait l’objet d’une mise en abyme astucieuse, et procède par ruptures de style successives. Boilet démontre avec un réel brio la plasticité d’un médium qui sait faire fusionner les catégories du vrai et de l’imaginaire. Sans doute vient-il de signer l’une des premières bandes dessinées portant la marque des années 90. »

    Le Monde - 2 mars 1990

    Entretien avec Frédéric Boilet en 1997, à propos de 3615 Alexia
    Entretien avec Frédéric Boilet en 2005, à propos des rééditions de son travail par Ego comme X

    Lire avec Digibidi
    Extrait : 20 pages
    couverture
    couverture
    page 1
    page 1
    page 2
    page 2
    page 3
    page 3
    page 4
    page 4
    page 5
    page 5
    page 6
    page 6
    page 7
    page 7
    page 8
    page 8
    page 9
    page 9
    page 10
    page 10
    page 11
    page 11
    page 12
    page 12
    page 13
    page 13
    page 14
    page 14
    page 15
    page 15
    page 16
    page 16
    page 17
    page 17
    page 18
    page 18
    page 19
    page 19
    page 20
    page 20

    Autres livres de

  • TÔKYÔ EST MON JARDIN
  • coffret LOVE HOTEL / TÔKYÔ EST MON JARDIN
  • ELLES
  • LOVE HOTEL
  • EGO COMME X n°8
  • L’ÉPINARD DE YUKIKO